Quelques constatations pour commencer:

Quand il fait froid, l'être humain normalement intelligent se couvre. Il se protège en recouvrant sa peau de vêtements, barrières aux agressions extérieures de cet environnement qui n'est vraiment pas très sympa ni très hospitalier. Il se sent mieux ainsi puisque qu'outre la chaleur qu'il parvient à retenir, sa peau n'est maintenant plus exposée à toutes les attaques physiques, chimiques ou thermiques possible et imaginable. Bien évidemment, s'il se prend un camion sur le coin de la tronche, ça ne changera rien mais une peau couverte est toujours mieux protégée qu'un bras nu.

Mettons que maintenant il fasse chaud. Comme l'être humain est toujours aussi normalement intelligent qu'au paragraphe précédent, il retire certains de ses effets pour ne pas retenir la chaleur de son propre corps. Plus il fait chaud, plus il réduit son habillage. La bienséance veut qu'on ne se balade pas complètement à poil dans les rues, donc disons qu'au mieux, Georges (notre humain moyen, il mérite bien d'avoir un nom depuis que je vous parle de lui) portera un short, un t-shirt et des tongs (je fais abstraction des sous-vêtements, je vous laisse choisir selon que vous soyez plutôt slip ou caleçon). Alors là, niveau protection aux agressions extérieures, Georges, il l'a quand même mauvaise: à lui les coups de soleil, les piqûres de moustiques, la pollution etc. etc. Bref, en contrepartie de son refroidissement, il s'expose à tout type d'autres risques, camion sur le coin de la tronche toujours inclus.

D'où le postulat suivant: et si, quelque part dans notre cerveau primitif, il y avait en nous ce besoin de se couvrir? Dans les pays au climat tempéré, on ne se balade à moitié nu que quelques mois dans l'année tout au plus, ce n'est donc pas forcément un problème. Mais sous l'équateur, le corps de Georges sera exposé la plupart du temps. Se peut-il qu'il préfère quand il le peut mettre sa clim' à fond pour retrouver ce sentiment de protection que lui confèrera son cher pullover? C'est tiré par les cheveux mais on a vu des choses plus improbables se passer dans nos caboches, non?

Un dernier mot enfin pour vous parler de l'éclipse de soleil de ce matin. La fâââââmeuse éclipse. La plus longue de ces 500 prochaines années. Complète en Inde, en Chine et au Japon mais partielle seulement à Singapour. Un formidable évènement qui se déroulait de 8h40 à 9h40 ce matin. Et bien figurez-vous qu'aujourd'hui, il a plu des cordes toute la matinée. Si ça c'est pas de la bonne grosse loose...