Bien loin de Moscou, commençons par une devinette: deux jours de vélo, ça fait mal où? Oui, tout à fait LeGzo, au cul. Et aux mains, aussi. Au premier à cause de la selle, aux secondes à cause du soleil. Curieusement, une petit dizaine d'heure de pédalage n'aura pas eu raison de mes jambes, ce que je redoutais après une éternité sans être monté sur une bicyclette (vous trouvez pas que c'est poussiéreux comme mot, "bicyclette"?)...

Le principe est simple: on part samedi matin ((très)(trop) tôt) de Changi Village en ferry pour Pengerang en Malaisie. On y loue des vélos et on suit la côte tranquillement jusqu'à Desaru, à 50km de l'autre côté de la péninsule, avec une pause-déjeuner à Sungai Rengit. Desaru est (peu) connue pour sa très longue plage (22km, c'est pas les Landes mais c'est déjà pas mal) et les 5 ou 6 resorts qui la bordent. Peu de tourisme international dans ce coin, on est en pleine cambrousse malaise et la clientèle des hôtels est locale (en immense majorité) et singapourienne (parce qu'il faut bien remplir les hôtels les plus luxueux). Pas besoin de réserver quoi que ce soit à une semaine d'un week-end de 3 jours, on n'aura aucun mal à trouver une chambre pour 3 courageux sportifs courageux, beaux, forts et intelligents. Bref, nous passons la nuit sur place et le dimanche, rebelote dans l'autre sens: vélo puis ferry. Pas de grasse matinée par contre parce que le dernier bateau quitte la zone à 15h...

Comme je vous sens perdus dès qu'on s'éloigne un peu de Paris, Royan ou Nieul-le-Virouil, je vous fais un plan:


View Cycling trip to Desaru in a larger map

Voilà pour la théorie. Dans la pratique, les choses se sont presque passées comme prévu. A quelques détails près:

- il a fait un soleil de plomb tout le week-end, je suis donc rentré avec les mains écarlates (on oublie toujours de mettre de la crème solaire quelque part et c'est curieusement toujours à un endroit bien visible...)

- les pauses-déjeuner à l'aller et au retour à Sungai Rengit ont été l'occasion pour moi de découvrir un nouveau plat parfaitement délicieux: le bak kut teh. Une espèce de bouillon de porc avec du poivre, des champignons et des morceaux d'un truc qui ressemble à du pain brioché. Super bon.

- le resort le plus luxueux était aussi le moins cher de la plage. Si ça c'est pas formidable. Avec buffet-barbecue à volonté le soir. Après une journée à mouliner comme des ânes, je peux vous dire qu'on en a profité...

- le même resort était équipé d'un sauna, d'une piscine, d'un accès à la plage, d'un spa et d'une salle de muscu. Nous avons bien pris soin d'en profiter sauf pour les deux derniers: le spa parce que c'était complet et la salle de muscu parce que... parce que bon, faut pas déconner non plus!

- La liste des animations de ce samedi soir proposait une projection de X-men Origins: Wolverine. Le film n'est bien entendu pas encore sorti dans la région. La conception des droits d'auteurs ici mériterait sans doute que l'Assemblée Nationale viennent jeter un œil dans le coin, ça vaut son pesant de cacahuètes. En tout cas, piratage ou pas, voir un bon gros film d'action qui tache sur un écran géant affalé sur un transat sous les palmiers et le ciel étoilé entre la piscine de l'hôtel et la plage après une dure journée d'effort, le ventre plein, la température qui tombe doucement, une légère brise et le bruit des vagues en ambiance de fond, c'est juste merveilleux.

- on a pris un orage tropical sur la gueule sur le chemin du retour. Ça n'aurait pas vraiment été la Malaisie sinon, c'est de bonne guerre.

Je suis rentré dimanche chez moi lessivé, crevé, brûlé et crade mais bon sang! que ça fait du bien de quitter Singapour l'espace d'un week-end! Prochaine sortie au programme, Bornéo. Si tout va bien. Maintenant je prends des pincettes quand je vous annonce mes projets vu qu'il y a toujours des trucs qui merdent à droite à gauche...