Je n'avais jamais lu de Houellebeck avant donc je peux difficilement vous dire comment placer ce livre par rapport aux autres bouquins du bonhomme. Déjà, le truc cool dans celui-là c'est que ça baise tout le temps. J'ai pas fait le compte mais on a bien droit à une douzaine de scènes plus ou moins "chaudes". Bon ok, je viens de compter: 16 fois en mois de 400 pages. Il faut dire que le sujet du livre s'y prêt assez bien ; en gors, on peut le résumer à ça: "les occidentaux ont une vie sexuelle misérable, alors que dans certains pays du tiers monde, l'amour et la sexualité restent toujours intacts. D'un côté, l'argent et la misère sexuelle, de l'autre la pauvreté et la richesse amoureuse. La solution: le tourisme sexuel." (merci au grain de sable pour la formulation)

J'ai lu quelque part que Houellebeck avait ostensiblement cherché à choquer et à créer la polémique avec ce livre sorti en 2000 (avant un certain 11 septembre, ça a son importance de penser qu'il n'y a pas cette psychose qui hante le touriste au moment d'aller dans un pays musulman et ça rend les 30 dernières pages d'autant plus pertinentes). Au-delà d'un objet à débat et avec un peu de détachement, on peut en faire la bonne base d'une réflexion. Parce que c'est l'autre truc bien avec ce bouquin: quand ça baise pas, ça réfléchit. De nombreux sujets de réflexions traités intelligemment et qui obligent à réfléchir un peu sur les notions de relations humaines, d'appartenance à une société ou à un état. Je retiens tout particulièrement le récit de l'histoire et de l'échec industriel cubain raconté par un héros de la révolution amer et réaliste qui, s'il est fictif n'en est pas moins très réfléchi (peut-être faux, mais réfléchi). On a même droit à quelques commentaires savoureux sur les Guides du Routard, c'est pas toujours vrai mais pas complètement hors de propos et ça fait bien rigoler.

Je vous parlerai bien de prostitution et de tourisme sexuel mais je pense que ça mérite un post à part, vous attendrez donc encore un peu. Vous pouvez déjà commencer à y penser en lisant ce livre. C'est facile à lire et ça donne matière à faire chauffer les méninges, profitez-en. En plus ça baise.