Bon, en fait c'est un archipel, les îles Perhentian, mais seules les deux plus grosses, Perhentian Kecil et Perhentian Besar sont habitées (kecil signifie petit en malais, besar, grand (découverte copyright Seb), on se fait pas trop chier avec les noms ici). Pour les habitués du blog, c'est tout près de Pulau Redang où j'avais fait une excursion il y a quelques semaines. Le coin est particulièrement connu pour ses eaux qui font le bonheur des plongeurs, débutants comme experts. D'un autre côté, sorti de la plage et de l'eau transparente, c'est vrai qu'il n'y a pas grand chose à faire alors ça vaut mieux si on veut pas mourir d'ennui au bout de 48 heures.

Et y'a pas à tortiller, sous l'eau c'est vrai que ça cartonne. Hasard des courants ou du temps (qui a finalement été assez couvert pendant les 3 jours de notre séjour, on s'est même pris un méchant orage le premier soir), la mer n'a jamais été magnifique, à peine 10m de visibilité (ce qui est bien mais pas top). Comparé au bleu de Redang, j'ai limite été déçu.

Enfin, ce n'est pas l'essentiel, ce n'est pas l'eau qu'on admire en plongée, c'est la vie qui s'y déroule. Et là c'est une autre affaire. Chaque plongée aura été l'occasion d'une rencontre surprenante: des raies géantes, des poissons-perroquets à bosses d'1m50, des tortues géantes, des requins à pointes noires auxquels il faut encore ajouter la faune locale déjà extrêmement riche de coraux, de nudibranches, de poissons clown, de mérous et de toute une clique dont j'ai oublié le nom. Heïdi va bien nous faire une liste exhaustive en relisant son carnet de plongée décoré d'autocollants de tortues (sérieux, des carnets aussi bien tenus, ça devrait être mis sous verre et gardé en héritage pour les générations futures). Comme en plus la demoiselle a son propre matos de photo sous-marine, on a même récupéré quelques images magnifiques:

L'autre truc assez intéressant c'est qu'on n'a finalement pas besoin de plonger bien profond pour voir des choses. En fait, l'essentiel se situe entre 5 et 10m de profondeur, voire dans les 3 premiers mètres sous la surface. On peut même aller jouer avec les tortues géantes en snorkeling (palmes-masque-tuba et un peu d'exercice d'apnée pour tenir plus de 5 secondes sous l'eau). Bref le bonheur avec pour seul regret de ne pas avoir eu du grand grand beau temps pour avoir une jolie luminosité mais on peut difficilement se plaindre. Voyez déjà comme on était traumatisés:

Le resort était honnête (Watercolour Paradise pour ceux que ça intéressent, pas cher, service honnête MAIS BESTIOLES QUI GRATTENT DANS LES LITS, ça par contre c'est assez nul), même si le bungalow avec "vue partielle sur la mer à côté de la réception" aurait pu être mieux. Enfin, c'est quand même juste pour dormir vu que le reste du temps on est soit à la plage, soit au club de plongée, soit dans l'eau donc l'importance du choix du lieu de résidence est assez annexe.