Si ça c'est pas un titre racoleur de première... Bon je suis devant un problème métaphysique qui secoue les tréfonds de mon cerveau jusque dans ses fondations les plus enfouies. Rien que ça. J'ai remarqué que le nez est une zone particulièrement sensible au soleil quand on part en vacances dans la région. Comment une zone qui est à l'air libre 365 jours par an peut-il prendre des couleurs si rapidement? Je suis passé tout près du coup de soleil le week-end dernier par exemple alors que l'essentiel de mon exposition au soleil a consisté en séances de snorkeling pendant lesquelles je portais un masque de plongée couvrant entièrement mon orifice nasal. En voilà une question qu'elle est bonne, non? non? ah bon, ok, tant pis. Du coup, c'est juste un article tout pourri.