Le moustique Aedes Aegypti -le salaud- est en effet le principal vecteur de transmission du virus de la dengue ; cette fièvre touche entre 60 et 100 millions de personnes chaque année, principalement dans les pays de l'hémisphère sud dont le climat est assez chaud pour fournir un cadre de vie assez favorable au moustique.

Les syndromes sont souvent ceux d'une grippe: après 3 jours d'incubation en moyenne, on est pris de fièvre, de vomissements, de courbatures et on a parfois des boutons du genre de ceux de la rougeole. De quoi vous mettre KO 2 ou 3 jours mais rien de grave, tant qu'on n'a pas affaire à la forme hémorragique de la grippe tropicale. Dans 1% des cas en effet, alors qu'on pense avoir fait le plus dur, la maladie repart de plus belle accompagnée d'hémorragies gastro-intestinales, cutanées et cérébrales. Genre la, ça devient le gros bad avec hospitalisation, rapatriement et diagnostic vital engagé à la clé...

Si je vous parle de ça, c'est que la maladie est présente à Singapour (moins que dans les pays voisins mais vu que les moustiques se fichent pas mal de remplir les cartes d'immigration, ça ne fait pas une grosse différence). Depuis des années, le gouvernement éduque et communique à tour de bras mais le seuil épidémique (autour de 200 cas déclarés par semaine je crois mais je ne retrouve pas le chiffre exact) a été dépassé plusieurs fois l'an dernier. La stratégie de prévention constitue en gros à éliminer toute zone d'accueil pour les oeufs d'insectes: les gouttières sont retirées sur les bâtiments (dont les plans sont soumis à une commission spéciale avant construction pour vérifier qu'il n'y a pas de risque d'accumulation d'eau), tous les récipients sont retournés, l'eau des plantes est changée tous les deux jours, bref, on fait tout pour éviter que l'eau stagne où que ce soit. En plus de ça, on démoustique massivement à grands coups d'insecticides toute l'année.

Et voilà que depuis une semaine, mon quartier est recouvert d'affiches proclamant que nous sommes un foyer de dengue et que bouh, c'est pas bien. En résumé, ça signifie que plusieurs cas ont été déclarés récemment dans la même zone. J'ai appris également que 3 personnes étaient mortes de la maladie l'an dernier à deux rues de chez moi. Je veux pas être alarmiste, je suis en bonne santé, la forme hémorragique est très rare et épargne souvent les gens de bonne constitution (c'est dégueulasse mais ça me soulage un peu). A Singapour, c'est simplement une réalité avec laquelle on vit, et je suis sûr que Rolyat a plein de choses à nous dire sur le sujet, parce qu'en Malaisie, c'est une autre affaire...

Bon, vu que c'est pas très jouasse et que ça manque un peu de testostérone comme post, je vais aussi vous parler de la fièvre jaune. Dixit , c'est une "menace constante en Afrique Noire et en Amérique intertropicale. Elle ne sévit pas en Asie, en Océanie, dans l’Océan Indien." Alors, non, non et non. Nous avons aussi notre fièvre jaune ici. Elle s'attaque plus particulièrement aux expatriés occidentaux et se caractérise par un goût prononcée pour les trougnes locales de type "chinoise-qu'est-trop-bonne". Moi c'est plutôt une fièvre jaune délicatement halée que j'aurais... C'est grave docteur?