Mais pourquoi je vous parle du temps, moi? Ah oui. L'orage. La pluie. La fraicheur (si, si). Et l'heure. Remarque stupide d'un de mes camarades d'exploration: "Il faut qu'on se dépêche, on va rater Stade2". En entendant ça, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ça serait quand même fort sympathique une séance de repassage devant l'émission sportive de la deuxième chaîne un dimanche d'hivers avec le feu dans la cheminée et en bruit de fond Gogo qui fait de la guitare dans sa chambre ou la machine à coudre de Liliane dans la cuisine. J'aurais passé l'après-midi entre l'ordinateur et un fauteuil du salon pour lire un polard en écoutant le Modern Jazz Quartet avec une tasse de thé brûlant sur le buffet. Il ferait un temps dégueu et froid dehors mais j'en aurais rien à cirer. Je crois que j'apprécierais deux semaines d'hivers par an pour le simple fait de pouvoir m'en préserver en ne mettant pas le nez dehors...

Au lieu de ça, il ne fait toujours pas moins de 24, j'ai passé un week-end humide et moite, j'ai fait un tour hier soir dans un bar jazz avec des trougnes et vendredi je suis allé jeter un oeil (et ça a l'air très bien). Ah tiens, comme si j'avais pas déjà assez de choses à faire en ce moment, je vais sûrement devoir me remettre en quête d'un nouvel appart: le renouvellement du contrat de location devrait donner lieu à une augmentation (de 40 à 70% si on suit l'évolution du marché immobilier singapourien en 2007) qui ne le rend plus très intéressant voire simplement trop cher pour mon budget.

PS: En plus stade2 ça aurait été bien, Bordeaux a gagné et y'avait du rugby ce week-end (et le BO a perdu MOUAHAHAHA, bien fait)