L'intérieur du bureau était aussi miteux que l'extérieur. Des amas de papiers et d'ordures jonchaient le sol et les meubles, les tasses de cafés sales le disputaient aux journaux du mois dernier et la poussière régnait en reine. Mais Adelscott aimait bien ce bordel ; c'était le sien et il restait finalement une des seules choses qu'il contrôlait autour de lui. En entrant, il jeta son feutre sur le porte-manteau et ôta sa veste. Faisant le tour de son bureau, il retira une pile de documents de son siège et s'y affala lourdement. Son Smith & Wesson quitta son Holster et disparut dans un tiroir. Le détective attrapa une bouteille de Whisky quasiment vide et remplit un verre qui traînait parmi le capharnaüm. Il en but une longue gorgée, sortit une cigarette qu'il alluma et consulta sa montre. 5h. Par la fenêtre ouverte, la rumeur de la ville annonçait la fin de la nuit. Dans le bar en bas, les derniers habitués rentraient se coucher et les musiciens laissaient tomber les dernières notes d'un blues qui finissaient de se consumer. Les braises seraient juste assez chaudes pour promettre au jazz de flamber de nouveau la nuit prochaine. Un ivrogne insulta un automobiliste trop pressé et s'effondra dans les cartons de la ruelle en contrebas.

Tout cela ne parvenait à Adelscott que partiellement, comme à travers un voile. Il était las. Il repensait à l'enquête qu'il venait de boucler. Tout avait commencé avec le cadavre de cette danseuse. Si ce n'était pas lui qui avait découvert le corps agonisant de la pauvre Chocapic, il n'aurait probablement jamais essayé de découvrir quel mystère se cachait derrière ce meutre. Combien de temps lui avait-t-il fallu pour rétablir le lien avec ce patron véreux du Nestlaid, ce bar à pute du 3ème disctrict? Ce gros bonhomme, vil et lubrique avait préféré se débarrasser d'une danseuse devenue trop gênante et pas assez rentable pour la remplacer par sa nouvelle maîtresse, une asiatique du nom de Koko Krunch. On tuait parfois pour pas grand chose, conclut le privé avec un sens aigüe du lieu commun... Il reposa son verre vide. Le mégot de sa cigarette alla rejoindre ses consoeurs sur le parquet et Adelscott ferma les yeux en se laissant sombrer dans le sommeil tandis que les premiers rayons de soleil illuminaient déjà les sommets des gratte-ciels...

Tout ça pour vous dire que si vous voulez des Chocapic ici, il faut chercher des Koko Krunch. Ouais, je sais que vous vous en foutez mais bon, j'essaierai de faire mieux la prochaine fois. Peut-être même que  je vous gratifierai d'un titre qui veut dire quelque chose et qui est en rapport avec mon post mais c'est encore à voir...