Déjà dans la voiture en rentrant de manger vendredi, je comprenais pas pourquoi j’avais mal au ventre comme un lendemain de fête trop arrosée et chaud comme dans un four alors que la clim tournait à fond. Et puis quand j’ai vu que ça n’allait pas en s’arrangeant, que j’avais de la fièvre, que le soir venu je tremblais comme une feuille, j’avais des vertiges et l’impression que ma tête allait exploser, j’ai senti que les jours suivants allaient être longs. J’ai effectivement passé mon samedi cloué au pieu (Rhoo ça c’est un jeu de mot que Devos n’aurait pas renié…) parce que dès que ma tête s’élevait à plus de 30 cm du sol, tout se mettait à dangereusement tourner autour, des mouches envahissaient mon champ de vision et mes intestins faisaient gloubougloubou.

J’ai posé un pied hors du lit dimanche pour aller faire un peu de marche avec un de mes collocs jusqu'au sommet naturel de Singapour (165m, soit 5 fois la Butte du Peu, point culminant de la région de Royan qui porte si bien son nom…). Les 40 minutes de montée ont tenu de la randonnée pour moi et ça a été un peu la lutte sur la fin. En descendant, on s’est bien sûr pris un orage sur la gueule et on est rentrés trempés comme si on avait fait un arrêt habillé dans la piscine. Bref j’étais mort pour le reste de la journée.

Le truc assez curieux dans toute cette affaire, c’est que je ne me suis remis à manger qu’hier soir et que la faim ne s’est jamais vraiment faite sentir. Le traumatisme d’un corps associé à un mauvais souvenir culinaire? Enfin même depuis, je me force à manger mais je suis incapable de dire si j’ai faim ou pas. J’ai juste le ventre encore vaguement contracté. La forme, elle, est de retour depuis hier soir donc je peux repartir draguer au lieu de refaire mon bureau comme dit Félix. 

Tiens, d'ailleurs ce soir, j’irais draguer au Victoria Concert Hall où je vais voir le Trio Wanderer. Pour les affreux métalleux qui traîneraient éventuellement sur ce blog, le Trio Wanderer c’est un des meilleurs orchestres de musique de chambre. Au programme, du Debussy, du Messiaen, du Turina et toute une seconde partie de Saint-Saëns. Pour 15€. Youhou.