Pourquoi je vous parle de ça moi déjà ? A ouais, c'était pour le titre. La suite n'a rien à voir en fait.

En effet j'ai encore creusé la semaine dernière avec les bus singapouriens. Je fais tout de même valoir que l'affichage est vraiment nul (quand il existe, soit dans moins d'un cas sur deux) aux arrêts et qu'on ne sait pas à où on en est une fois dans le bus.
Pas de jolie fille à suivre dans la mauvaise direction cette fois qui plus est. Juste un orage d'enfer en fin de journée. Je débauchais (ça ne veut pas dire que je sors du boulot tout nu, non John) tranquille mercredi sur les coups de 18h ; le ciel est menaçant mais tout va bien, j'ai le sentiment du devoir accompli et je n'ai plus rien à faire de ma journée. A mi-chemin, l'orage crève le ciel et je me prends des trombes d'eau sur la gueule. Tout va bien, je ne sors plus sans mon parapluie et je me gausse des tentatives désespérées des gouttes pour traverser la toile de l'ustensile protecteur et venir humidifier mon cuir chevelu.
Après 20 minutes d'attente sous un abribus de fortune, je monte dans ce qui semble être un bus 183. Ce qui semble. Putain. Avec la nuit tombé an avance à cause du couvercle nuageux, la pluie qui tombe comme vaches qui pissent (y'avait plusieurs vaches pour que ça pleuve autant) et cet affichage pas très lisible des numéros de bus, je me retrouve dans un bus 188. Je sais pas où il va mais au bout d'un moment je me rends compte que c'est pas du tout, mais alors pas du tout, là où je veux aller. Comme en plus on ne voit rien dehors, il m'a fallu une grosse demi-heure pour m'en rendre compte. Dès que je vois ça je descends de l'engin maudit.
Nouvelle erreur tactique puisque je me retrouve de nuit sur un bord de route désert sans plan ni information sur ma situation, personne pour m'aider, une pluie battante et un éclair qui tombe tout près toutes les 10 secondes. Ca ne pourrait pas être pire ? Mais si bien sûr ! Après dix minutes de marche dans une direction qui me semble être la bonne, le trottoir est remplacé par un chemin boueux complètement détrempé. Voilà, comme ça, mes chaussures, en plus d'être mouillées seront dégueulasses. Mais que vois-je là-bas au loin ? Ne serait-ce pas la ligne de métro aérien ? Yeah baby, I'm saved ! Bon enfin j'ai encore eu 40 minutes de marche pour trouver un arrêt mais je n'étais plus perdu.
Trois heures au lieu d'une pour rentrer chez moi trempé, bon compromis. Ramm tu peux être fier de moi.


Sur le front des bonnes nouvelles quand même: j'ai un appartement! Je vous en dis plus bientôt mais je vous laisse déjà savourer deux petites photos. Vous venez quand vous voulez... (les images sont cliquables)